Le Parc du Châtelet

Domaine de forge délimité de pierres


A l'orée de la forêt d'Anlier et à l'entrée du village gaumais de Habay-la-Neuve, se dresse une petite chapelle blanche. De part-et-d'autre de celle-ci, se dresse un mur en double parement terminé par une coiffe des plus caractéristiques!
Ces couvre-murs sont en fait des scories, déchets de l'activité de forge, assemblées pour former une petite toiture en double pan.
Descendez le long du chemin de terre, vous suivrez la partie restaurée du mur lors de chantiers-école (deux années sont gravées, les trouverez-vous?) et par une entreprise locale...
Le mur délimitait un terrain appartenant aux forges du Châtelet dont le château abrite aujourd'hui la Mairie. Et oui, à Habay (à l’exception du village d'Anlier), on parle le patois lorrain et non pas le wallon... ceci explique qu'il s'agisse d'une mairie et non pas d'une maison communale!
image habay_chantier.jpg (0.9MB)
Chantier-école à La Buerie (2019)
revenir à la Carte

Zoom technique: le mur de clôture

Contrairement au mur de soutènement, le mur de clôture ne doit résister qu'à son propre poids. C'est pour cela que dès sa fondation, les pierres qui le constituent seront inclinées de façon à former un profil en "V"... Mettez-vous dos à dos et éloignez progressivement vos pieds tout en maintenant le contact entre vos épaules: vous vous bloquez l'un l'autre! Le principe est donc le même dans ce type de mur.

Autre disparité par rapport au mur de soutènement: son dimensionnement. De façon générale, on considère qu'un mur de soutènement doit avoir une largeur de fondation égale à au moins 1/3 de sa hauteur (soit 50 cm pour un mur d'1m50)... pour un mur de clôture, il faudra compter la moitié de la hauteur (soit 75 cm pour un mur de 1m50)!
image double_parement.png (17.8kB)
PNHSFA(c)A-L. Monnaie

image buerie_2.png (0.6MB)
(c) J. Bourgeois

Zoom technique: les couvre-murs

Les scories sont ces sous-produits qui résultent de la fusion, de l'affinage ou encore de la mise en forme des métaux soumis à très haute température. Leur aspect ressemble un peu à du verre et ils peuvent produire des bords très tranchants. Leur couleur est quant -à-elle très variable: en fonction des oxydes qui seront présents, elles passent par toutes les teintes.


Zoom écologique: le corridor écologique

Vous l'aurez remarqué, les parties anciennes du mur (et bientôt les parties restaurées) portent beaucoup de lichens, mousses et fougères différentes. C'est que le mur, dans toute sa longueur, se situe à l'orée d'un bois et est proche d'un ruisseau et d'étangs... l'idéal pour ce genre de végétation! Au niveau de la micro-faune, vous pourrez peut-être observer un triton, une salamandre, un crapaud... qui sont friands des cavités et de la nourriture qu'offre le mur!
image DSC_0314.jpg (1.0MB)
PNHSFA(c)A-L Monnaie

Côté histoire...

Avant le développement des basins carolorégiens et liégeois, le Luxembourg était réputé pour son activité de forges. Le bassin de la Rulles, petit cours d'eau affluant de la Semois, était propice pour accueillir ce type d'activité: le cours d'eau amenait l'énergie hydraulique nécessaire et la forêt toute proche permettait de se fournir en charbon de bois. Le minerai quant-à-lui venait des environs (circa 30 km).
Sur la commune de Habay, on vit apparaître la première "usine de fer" dès 1546. Elle fut très vite suivie par d'autres et l'activité connut son apogée au XVIIeme siècle.
Aujourd'hui, il n'en reste plus grand-chose si ce ne sont ces "vieux" murs qui portent la coiffe d'un temps passé...

Ah, ces Gaumet !

Si la forêt d'Anlier est bien en Ardenne, le village, lui, est en Gaume! Et la Gaume, c'est une région historico-géographique. Du point de vue administratif, la Gaume fait partie de la Lorraine belge, tout comme le pays d'Arlon (Arlerland)... si la première s'inscrit par l'utilisation d'un dialecte lorrain, la seconde, elle utilise un dialecte luxembourgeois.
Le nom "gaumais" est à mettre en lien avec un charretier, Nicolas Gaumet, qui amenait du minerai de Habay jusque dans la Vallée de l'Ourthe. Le voyant arriver, les habitants s'exclamaient "voilà les Gaumet!". Le nom se généralisa aux habitants de la région et changea d'orthographe (Gaumet -> Gaumais) après la Iere Guerre Mondiale. Vous trouverez d'ailleurs une rue portant le nom de Nicolas Gaumet dans le village.
image DSC_0281.jpg (1.0MB)
PNHSFA(c)A-L Monnaie

Envie de vous balader pour le découvrir ? La promenade découvrir-apprécier la nature (part.2) (7km) créée par le Syndicat d'initiatives de Habay passe par là...

revenir à la Carte